Blog

Cosmétique bio et cosmétique classique

Certaines personnes hésitent à passer à la cosmétique bio par méconnaissance du secteur. Pourtant, les ingrédients utilisés dans cette branche ne sont pas nocifs et le plus souvent d’origine végétale. La composition des cosmétiques classiques et de la cosmétique bio est là pour le prouver.

Les excipients

Un excipient représente la substance non active d’une composition, mais elle n’est pas sans importance puisqu’elle permet par exemple de lui donner une certaine consistance. Dans le cas d’un produit cosmétique, l’excipient est un mélange d’eau, de corps gras et d’émulsifiants.

L’eau représente souvent plus de la moitié d’un produit cosmétique classique. En cosmétique bio, il est aussi possible d’utiliser des eaux florales douces. C’est dans les corps gras que l’on va trouver les premières grosses différences entre les deux industries.

Les cosmétiques conventionnels sont souvent fabriqués avec des huiles minérales (issues du pétrole après raffinage), huiles estérifiées ou huiles hydrogénées. La modification chimique de ces huiles leur fait souvent perdre leur propriété mais permet de bien gérer la viscosité d’un produit. Les silicones font aussi partie de la phase grasse en cosmétique. Polluants, ils laissent aussi un film occlusif sur la peau et les cheveux.

En cosmétique bio, on utilise des huiles végétales non raffinées, souvent de première pression à froid, ou des beurres végétaux (comme le beurre de karité). Il existe de nombreuses plantes qui génèrent des huiles aux bienfaits prouvés et certaines variétés comme l’huile d’arachide sont très peu chères.

Les actifs

C’est la partie qui permet de donner un avantage marketing au produit. C’est l’actif qui va conférer toute l’efficacité à la marchandise, qu’elle soit classique ou bio.

En cosmétique conventionnelle, l’excipient inerte implique souvent que les actifs naturels sont inexistants, il faut donc aller chercher du côté de la chimie et de la science. Des hormones et protéines sont isolées synthétiquement et ajoutées à la crème. Si actifs naturels il y a, leur présence est de l’ordre de moins de 1%, une quantité quasiment insignifiante.

La cosmétique naturelle a tendance à utiliser des actifs du même ordre. Des principes actifs naturels se trouvent déjà dans l’excipient et on peut y rajouter d’autres ingrédients plus puissants : extraits de plantes, huiles essentielles, produits marins… En règle générale, on considère que les actifs peuvent représenter jusqu’à 10% du produit fini.

Les adjuvants

Les adjuvants sont les noms que l’on donne aux conservateurs, additifs, humectants ou gélifiants. La cosmétique conventionnelle aura généralement tendance à utiliser des polymères synthétiques en guise de gélifiant, tandis que la cosmétique bio va se tourner vers la nature. Les algues représentent de très bons gélifiants, de même que le gel d’aloès ou la pectine de pomme.

Ce sont les conservateurs qui posent le plus de problèmes, à la fois en cosmétique classique et bio. Les produits conventionnels utilisent toutefois des produits totalement interdits par la législation bio. Les conservateurs les plus populaires sont les parabens, le cetrimonium boride ou le phénoxyéthanol. Tous sont des conservateurs efficaces mais incroyablement irritants et potentiellement allergènes.

En cosmétique bio, la liste des conservateurs est très limitée et beaucoup de marques se tournent vers l’alcool (éthanol, propre à la consommation) en contrant son effet asséchant avec des corps gras. D’autres produits comme les solutions aqueuses peuvent être conservés avec des huiles essentielles. Seuls 2 à 3% de la population mondiale y serait allergique, soit bien moins que les conservateurs chimiques.

Une différence d’efficacité

La cosmétique conventionnelle utilise souvent la science comme argument marketing pour vanter l’efficacité de ses produits. Il est vrai que les produits classiques ont tendance à se révéler efficaces immédiatement : un après-shampoing fait les cheveux doux, une crème spéciale peaux sèches règle les problèmes de desquamation… Mais à long terme, beaucoup de consommateurs ont tendance à trouver que leur produit chouchou perd de son efficacité. Ils vont utiliser plus d’après-shampoing, et mettre de la crème deux fois par jour.

La raison se retrouve dans les ingrédients utilisés. Comme tout produit chimique, les cosmétiques conventionnels ont une action immédiate mais ne traitent pas nécessairement le fond du problème… qui finit par reprendre le dessus. Or, à moins d’être malade, la peau et le cuir chevelu savent très bien se réguler seuls.

La cosmétique bio est généralement faite pour aider un peu la nature, pas pour régler un problème. C’est la raison pour laquelle un shampoing bio sera parfait pour une chevelure naturelle, et un désastre total pour celles qui se décolorent souvent les cheveux. A chacun de trouver le produit adapté à son style de vie et à sa routine.

About the author

Avatar

Pascaline L

Je m'appelle Pascaline, j'ai 28 ans , maman d'une petite fille de 5 ans. Je suis éditrice du site de comparatifs produits Testeur-magazine.fr. Je teste régulièrement des produits pour faciliter l'achat des internautes.

Promotions et Ventes Flash du jour sur AmazonCliquez ici